Simon Seaton, CEO, Energy and Resources, Worldwide, Sodexo

A propos de l'auteur : Andréa Krewer

CEO Corporate Services, Sodexo Brazil

S'il y a eu au moins un point positif à la situation que nous avons vécue au cours des 18 derniers mois, c'est l'attention particulière portée à la santé mentale.

Des millions de personnes sont mortes du virus de la Covid-19 – des amis, des parents, des collègues. Elle nous a tous touchés d'une manière ou d'une autre. Nous avons dû changer notre façon de vivre, notre façon de travailler, notre façon de communiquer les uns avec les autres. Nous avons tous dû nous adapter. Cependant, pour certains, cela a été plus facile que pour d'autres, et c'est parce que nous sommes tous différents.

Nous avons des visions différentes de la vie, des responsabilités toutes aussi différentes, des origines et des cultures différentes, des droits différents, des styles de vie différents, des situations socio-économiques différentes, des réseaux familiaux différents, un accès différent aux aides - la liste des différences est interminable. Ces différences entraînent inévitablement des inégalités. 

La Covid-19 a mis en évidence la réalité des inégalités dans le monde. Si nous avons tous subi l'impact de la pandémie, chacun en a ressenti l'ampleur de manière très différente.

De nombreuses personnes ont dû faire face à des mois d'isolement. D'autres n'ont pas vu leurs amis ou leur famille. Certains ont dû concilier travail à domicile et responsabilités familiales. Et d'autres se sont retrouvées piégées dans des relations malsaines. Toutes ces situations - et bien d'autres encore - ont eu un impact majeur sur la santé mentale.

À l'occasion de la Journée mondiale de la santé mentale, il est important de rappeler que la santé mentale est devenue un problème beaucoup plus visible et, surtout, de comprendre comment nous pouvons nous impliquer pour qu’il soit acceptable de ne pas aller bien.

Je travaille pour un groupe qui place l'amélioration de la qualité de vie au cœur de sa mission. Pour que Sodexo puisse améliorer la qualité de vie de ses clients et de ses consommateurs, elle doit d'abord se préoccuper de ses collaborateurs. Adopter une culture inclusive, transparente et honnête dans laquelle chacun peut parler ouvertement de ce qu'il ressent, se sent en confiance pour évoquer les difficultés qu'il rencontre et se sent en sécurité sur un lieu de travail qui tient compte des vulnérabilités de chacun – voilà une avancée positive !

Au cours des 18 derniers mois, je suis fière de dire que nous avons investi pour protéger la santé mentale de nos collaborateurs dans le monde entier. 

Par exemple, nous avons lancé une campagne de sensibilisation à la santé mentale dans l'ensemble de notre groupe, et, à ce jour, plus de 26 000 managers ont suivi ce module. 

Chez Sodexo, notre service d'assistance téléphonique « Sodexo Supports Me », qui offre un soutien et des conseils en toute indépendance à nos équipes sur toute une série de sujets, a été étendu au monde entier, et dispense des conseils précieux à nos collaborateurs ; au cours de l'exercice 2020, 32 % des appels reçus étaient liés à la santé et au mode de vie, au stress et aux maladies mentales.

Dans bon nombre de nos régions, nous avons organisé des ateliers et des séminaires en ligne consacrés à la sensibilisation aux questions de santé mentale et à l'aide à apporter à nos managers pour qu'ils se sentent à l'aise pour parler de santé mentale avec leurs équipes.

Au Royaume-Uni, nous avons mis en place un service de conseil destiné à accompagner nos collaborateurs qui travaillaient dans les hôpitaux pendant la pandémie ; en France, nous avons investi dans un programme de management basé sur l'empathie pour aider nos dirigeants à mieux soutenir leurs équipes sur le plan psychologique ; et au Canada, nous avons lancé une campagne visant à éliminer la stigmatisation associée aux problèmes de santé mentale.

Au Brésil, ma région, nous encourageons activement nos dirigeants à passer du temps avec les responsables de site, à proposer de prendre un café ou simplement à prendre des nouvelles de l'équipe. Pour moi, c'est là que nous pouvons vraiment faire la différence, grâce à un management efficace, inclusif et empreint d'empathie, qui crée un environnement sûr pour que nos équipes puissent partager leurs émotions.

Dans mon rôle de co-sponsor de nos efforts à l'échelle mondiale pour une plus grande intégration des personnes en situation de handicap chez Sodexo, c'est un sujet qui me tient particulièrement à cœur. La santé mentale est un handicap ; elle peut avoir un effet à long terme sur les activités quotidiennes des personnes qui en souffrent. Nous pouvons tous jouer un rôle dans le soutien de nos amis, de nos familles ou de nos collègues qui pourraient souffrir de problèmes de santé mentale, ne serait-ce qu'en prenant le temps de comprendre, en faisant preuve d'empathie ou en offrant une possibilité de dialogue.

En tant que Directrice générale de l'activité Services aux entreprises de Sodexo au Brésil, je suis heureuse de vous annoncer que nous allons lancer dans le courant du mois et dans le monde entier un programme de santé et de bien-être. Il s'agit d'un engagement clair de la part de l'équipe dirigeante des services aux entreprises pour que nos équipes aient l'espace et la possibilité de donner la priorité à leur propre santé mentale et à leur bien-être. L'engagement comprend de nouvelles méthodes de travail conçues pour réduire le stress et les pressions excessives sur nos équipes ; il encourage nos collaborateurs à se rapprocher les uns des autres pour prendre des nouvelles et discuter ; il incite nos collaborateurs à déconnecter et à chercher un meilleur équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée ; enfin, il tend vers une culture plus inclusive et compatissante.

L'amélioration de la qualité de vie commence par un recentrage sur l'humain, la compréhension et le respect des différences et l'acceptation par tous d'être simplement eux-mêmes. C'est un point sur lequel nous continuons à travailler chez Sodexo. Nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir, mais la santé mentale est de plus en plus un sujet de discussion, ce qui, à mon avis, ne peut qu'être positif à mesure que nous construisons une culture plus inclusive.

05 octobre 2021