Good Eating Company Team

La cuisine, c’est une alchimie – il faut juste être curieux !

Lorsque j'ai quitté l'Italie il y a dix ans, j'ai d'abord travaillé comme serveuse chez un traiteur à Londres, qui m'a ensuite engagée comme commis de cuisine.

Je n'avais pas de formation culinaire à proprement parler, mais je suis italienne. En Italie, tu apprends d’abord à te tenir debout puis à cuisiner. Quand tu tiens bien debout, tu peux ensuite grimper sur une chaise et aider à la cuisine. Les enfants Italiens apprennent à cuisiner avec leurs grand-mères et ma génération a eu de la chance, car nos grand-mères ont vécu la Seconde Guerre mondiale et ont appris à cuisiner à partir de rien. Cette expérience est fort utile lorsque vous travaillez en cuisine.

Après le traiteur, je suis passée à la restauration d'entreprise pour un journal national. Pendant les trois années où j'y ai travaillé, je suis passée de simple commis à responsable de section puis à chef de partie. Je suis passée du statut de petite nouvelle qui avait besoin de l'aide de tout le monde à celui de celle qui gère les commis et les stagiaires. À la fin, j'étais responsable du service du déjeuner et de toute la cuisine, en cas de besoin. Malheureusement, le restaurant a fermé. Mais quand une porte se ferme, une autre s'ouvre.

Pâtisserie et développement personnel

Ella PiazziJ'ai pris mon poste suivant au sein de la Good Eating Company (GEC). Ma première impression à la GEC a été de constater à quel point tout le monde était sympa, gentil et patient. Pendant ma rotation d'essai, la journée était assez chargée et pourtant, cela n'a pas empêché mes nouveaux collègues de se présenter et de m'offrir du café ou de l'eau. La cuisine du GEC était deux fois plus grande que celle dans laquelle j'avais travaillé auparavant, ce qui était en soi un vrai défi, mais c'est la façon dont l'entreprise traitait son personnel qui m'a le plus séduite dans ce rôle. 

Lorsque j'ai rejoint la GEC, j'ai travaillé aux plats chauds et j'ai ensuite pu évoluer au sein de la pâtisserie, un petit espace à l'odeur de sucre, situé à l'écart du bâtiment principal. Le seul problème était qu'à part quelques génoises ou occasionnellement un tiramisu, je n'avais jamais vraiment fait de pâtisserie. Au début, j'ai trouvé le changement incroyablement difficile, d'autant plus que je travaillais avec une cheffe qui avait consacré 15 ans de sa vie à la pâtisserie alors que moi c’était plutôt les 15 dernières minutes. Alors, sur la suggestion de mon sous-chef et avec le soutien de la GEC, je me suis inscrite à un cours de pâtisserie. Mes responsables m'ont toujours soutenue, et aujourd'hui je suis parfaitement à l'aise de travailler dans une brigade aussi qualifiée. Le chef pâtissier avec lequel je travaille actuellement est une encyclopédie vivante de la pâtisserie, et c'est incroyable de travailler avec lui !

Lancez-vous et voyez ce qui se passe

Je crois que les secrets d'une carrière en cuisine réussie sont la passion, l'attention et la curiosité. La cuisine, c'est une alchimie, il faut être curieux, essayer différentes choses, mélanger les ingrédients. Il ne faut pas seulement aimer la cuisine, il faut la respecter. Chaque produit est précieux, il faut réduire les déchets au maximum.

Si vous êtes intéressé par la cuisine, la meilleure chose à faire c'est de vous lancer et de voir ce qui se passe. Dans le pire des cas, vous aurez appris à pocher un œuf. Et si ça vous plaît ? Si vous aimez ? Imaginez le meilleur scénario possible.

Cela a été difficile pour moi d'être acceptée dans un environnement aussi masculin, mais les choses se sont améliorées en dix ans. Aujourd'hui, les femmes sont considérées comme des paires et les hommes en cuisine découvrent ce que c'est que d'avoir une femme aux commandes. Beaucoup plus de filles choisissent aujourd'hui une carrière en cuisine et l'avenir est prometteur. 

Pour favoriser l'équilibre entre les sexes dans les cuisines, je pense que les entreprises devraient organiser des journées ou des moments où les femmes se voient confier davantage de responsabilités dans la cuisine et peut-être même prendre la relève (si elles ne sont pas déjà en charge).  

Carpe diem ! 

Quand j'étais à Londres, j'ai également obtenu un BA en écriture créative, donc, quand je ne suis pas en cuisine, j'écris des histoires. J'aimerais bien sortir un livre un jour. Et ce serait formidable de pouvoir organiser le lancement de mon propre livre !

Je suis consciente que mon temps à Londres est limité. Le monde est vaste et, espérons-le, nous pourrons à nouveau l'explorer dans un avenir proche. Ma solide formation culinaire me permettra de travailler dans différents pays et je sais que je peux apprendre énormément en découvrant d’autres traditions culinaires et culturelles.

J'aimerais terminer ma carrière professionnelle sous les tropiques, pourquoi pas dans une cabane sur la plage, où je servirais des en-cas et des boissons ! Ma devise dans la vie, c'est « Carpe Diem » [NDT: Profitez de chaque jour].

En savoir plus sur une carrière chez Sodexo! Sodexo Royaume-Uni

Cet article a été écrit par Ella Piazzi, chef de la Good Eating Company, qui fait partie de Sodexo UK & Ireland.